Accueil


L'UNSA Sdis 72 Vote CONTRE la mise en place du 12 h.

Résultat de recherche d'images pour "photo temps qui s'écoule"

Tic ! Tac ! Tic ! Tac ! Désormais le temps est compté !

La mythique référence au 24 h vient d'être balayée d'un revers de main au sein du SDIS de la Sarthe.

Et les conséquences vont être nombreuses tant pour les agents que pour la qualité du service publique qui sera rendu aux usagers.

Pour rappel, une intersyndicale a demandé l'ouverture d'une étude pour la mise en place d'un régime de 12 h au sein du SDIS 72. Afin de répondre favorablement à cette aubaine, l'administration a fixé d'entrée de jeux les conditions de négociations suivantes :

  1. Effectif et euros/budget constant,
  2. Les remplacements en retraite le seraient sur fond de régime 12 h jusqu'à épuration du régime 24 h !

Conditions acceptées par l'intersyndicale mais pas par l'UNSA.

Une Société d'audit a ainsi été mandatée pour vérifier la faisabilité de la demande. Et a rendu un rapport dont le POJ (Potentiel Opérationnel Journalier) baisse drastiquement les effectifs de sapeurs-pompiers professionnels de jour comme de nuit.

Ce jour, en Comité technique, les quelques cacahouètes envoyés à la volée par l'administration ont suffi à faire valider ce dossier dont les conséquences peuvent être redoutables au vu de ce qui se passe ailleurs :

  • Un POJ stipulant un nombre de sapeurs pompiers mais pas d'indications sur le statut de ces derniers, d'où :
    • Une porte ouverte à une mixité accrue dans les années à venir; (Et oui, bizarrement, il y a dans les tubages l'idée de doubler le pôle de SPV soit un recrutement de 100 SPV supplémentaires sur la ville du Mans !)
    • La possibilité d'un non renouvellement des postes car, plus de seuil mini de SPP dans les POJ;
    • La possibilité de déplacer les SPP vers d'autres centres à la journée et les remplacer par d'autres statuts. Après tout Le Mans est un vivier de ressource humaine pour l'embauche de SPV.
    • La possibilité de remplacement des SPP par d'autres statuts : la nuit. Désormais tout est possible, tout est réalisable !
    • Une charge de travail répartie sur un nombre d'agents moins important à la garde !
    • Des risques d'accidents accrus pour cause de fatigue.
    • Des risques en termes de sûreté pour les agents car un passage de 4 à 3 au VSAV. Là où le SDIS 72 était précurseur en matière de protection de son personnel, ce dossier vient mettre à mal une qualité de vie au travail qui sans nul doute nous était enviée dans les autres départements ! 
  • Des contraintes liées à l'évolution législative, à l'heure d'une modification du code du travail, qu'elle aubaine :
    • Chaque modification du temps de travail amènera les agents à voir leur volume horaire croitre, car désormais, ils seront payés 1 h pour 1 h (133 gardes et combien dans le futur ? ...)
    • Les futures négociations pourraient permettre l'arrivée d'heures supplémentaires sans embauche, hypothéquant les générations à venir !
  • Des contraintes financières :
    • Pour les agents demeurant loin de leur lieu de travail, ce sera une charge financière supplémentaire, sans compensation ! Du jour ou ils seront dans l'obligation de passer en 12 h c'est au minimum 43 allers-retours en plus.
    • Pas de poste d'adjudants supplémentaires !
  • Des contraintes organisationnelles :
    • Avec un régime cyclique, les agents vont devenir corvéable à merci !
  • L'intersyndicale vient d'hypothéquer le si peu de marges de manoeuvres qu'ils restaient aux syndicats pour négocier :
    • Fin du droit de grève ! (En effet, qui s'amusera à faire grève en sachant qu'il pourrait ne pas être réquisitionné ? Plus de seuil de SPP dans le POJ signifie que l'administration peut mettre d'autres statuts en garde active)... 
    • Fin de la possibilité de réclamer et faire valoir des embauches ! Il n'y a plus de seuil de SPP, un simple accord de principe sur le maintien départemental des effectifs !
    • Musellement des syndicats qui ne seront présents que pour faire de la figuration dans les commissions,...   
  • Pour l'usager :
    • Un risque accru d'attendre les secours plus longtemps...
  • Pour l'administration :
    • Des recours plus nombreux de contribuables mécontants car la notion d'obligation de moyens à aussi ces limites. Un poste de juriste à temps plein serait à envisager !
    • Des risques d'accidents de la circulation accrue pour les SPV
    • Des risques d'accidents du travail développés pour les SPP...

Et tout ça pour quelles avancées ?

500 heures de plus à la maison, soit 1 h 30 par jour...

C'est très cher payé !

En ce qui nous concerne, ce dossier, c'est une perte considérable de nos acquis !

Nous estimons qu'il a été mis en place de façon prématuré et à la va-vite.

Que les orientations prises vont faciliter un travail de dégraissage pour les années à venir ! 

Ce dossier vient d'hypothéquer de futures embauches et un héritage pot de pu pour les génération futures.

Les plus belles économies qui pouvaient être faites, viennent d'être validées aujourd'hui !

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de l'UNSA SDIS 72.

×